En juin dernier, Amazon lançait sur le marché français Alexa, son assistant virtuel. Une arrivée qui se faisait attendre, après avoir été reportée à plusieurs reprises. Où en sommes nous, 4 mois plus tard ?

Il était temps ! Après des mois d’attente, Amazon a annoncé en juin dernier l’arrivée de ses enceintes intelligentes Echo sur le marché français. Au départ, ce sont trois produits qui arrivent sur le marché : Amazon Echo, Echo Dot, sa version « mini » et l’Echo Spot, un réveil connecté doté d’une interface tactile.

Comment expliquer ce délai d’arrivée dans l’hexagone ? La langue. Amazon a eu besoin de plus de temps que prévu pour traduire Alexa en français, et surtout l’adapter aux nombreux accents et nuances de la langue. Un travail que son concurrent Google avait déjà fait quand il a lancé son enceinte connectée. En effet, Google Assistant était disponible sur mobile bien avant le lancement de Google Home en France.

L’autre défi d’Amazon : nouer des partenariats avec des entreprises françaises. Ainsi, les utilisateurs peuvent consulter les actualités de France Inter, RTL, le Parisien, France Info, Brut, Capital, réserver une table de restaurant sur LaFourchette, commander un Uber ou une pizza sur Domino’s.

Un portefeuille de partenaires qui ne cesse de s’étendre au fil des mois. Alexa compterait aujourd’hui environ 200 skills sur le marché français, un chiffre bien inférieur aux 40 000 proposées aux Etats-Unis.

Septembre : une nouvelle gamme Amazon Echo débarque en France

Fin septembre, Amazon France a annoncé le lancement de quatre nouveaux produits connectés. Le premier d’entre eux, Smart Plug, est une prise intelligente permettant d’allumer, par la voix, n’importe quel appareil électrique.

Deuxième produit, l’Echo Sub, lui, vient compléter l’enceinte Echo sur la qualité sonore : il s’agit d’un caisson de basse permettant d’apporter davantage de profondeur au son.

Ensuite, Echo Plus, comme son nom l’indique, est une version améliorée d’Echo. Plus grande et plus chère, elle promet une plus grande puissance sonore et une intégration avec Zigbee, qui permet de contrôler des appareils en dehors de l’univers d’Amazon. Signe qu’Amazon souhaite travailler avec tous les acteurs.

Enfin, Echo Dot, la version mini de l’enceinte, est mise à jour, avec un nouveau design et une meilleure qualité sonore.

Néanmoins, Amazon France est encore très loin d’offrir l’étendue de gamme proposée aux Etats-Unis. Le géant vient en effet d’annoncer outre-Atlantique le lancement d’un grand nombre de nouveaux appareils connectés. On notera notamment Echo Auto, pour embarquer Alexa dans sa voiture (et contrer Android Auto de Google), Echo Input, pour rendre intelligente n’importe quelle enceinte classique ou encore un micro-ondes et une horloge murale compatibles avec Alexa. Par ailleurs, Amazon met à jour Echo Show, toujours indisponible en France, dotée d’un large écran tactile.

Que faut-il retenir de ces lancements ? Amazon veut intégrer Alexa à chaque instant de la vie quotidienne de ses utilisateurs. L’objectif n’est donc pas seulement de vendre des produits depuis son site e-commerce : en effet, selon une étude récente, seul 2% des utilisateurs d’Alexa se serviraient de l’assistant virtuel pour passer commande.

La stratégie adoptée par le géant du e-commerce est ainsi de lancer un maximum d’appareils connectés, pour supplanter OU adapter les appareils existants. Une approche très différente de celles adoptées par Google et Apple. Si le premier s’est limité au lancement d’un nombre très limité d’enceintes, le second ne fait pas de l’effet de réseau sa priorité. En effet, le business model d’Apple est davantage basé sur la vente d’appareils que de services.

Amazon Alexa, Google Assistant… Quelle plateforme choisir pour son voice bot ?

Si vous réfléchissez à lancer votre marque ou entreprise sur l’une de ces plateformes, il est légitime de se demander laquelle est la plus utilisée par vos clients.

Si la part de marché d’Amazon Echo n’est pas encore connue en France, il est logique d’imaginer qu’elle est inférieure à celle de Google, arrivé plus tôt sur le marché. Néanmoins, au niveau mondial, Amazon est le leader, avec 30% du marché, selon le cabinet Strategy Analytics. Une part de marché qui atteint jusque 70% aux Etats-Unis !

A la lecture des parts de marché, le plus intéressant est de lancer son assistant virtuel sur les deux plateformes. Ainsi, lancer votre voice bot sur Amazon Alexa ET sur Google Assistant vous permettrait de toucher près de 50% des utilisateurs disposant d’une enceinte connectée. Un pourcentage que l’on peut imaginer encore plus grand sur le marché français, car des plateformes comme celle d’Alibaba AliGenie ne sont pas encore disponibles dans l’hexagone.

A ce titre, Yelda vous propose une plateforme SaaS unique, sur laquelle vous pouvez créer vous-même, en quelques minutes, votre assistant vocal multi-plateformes, compatible avec Google Assistant, Amazon Alexa et Facebook Messenger.